Le COREVIH souhaite aborder l’offre existante de dispensation « PrEP » en région :

Il est rappelé que la démarche de PrEP ressemble fortement à celle du début des années 70 au regard de la contraception et donc de la réserve observée par certains médecins. Les quelques freins recensés ont pour conséquences d’augmenter la file active des médecins prescripteurs de PrEP.

Il est important de rappeler l’importance de l’intérêt collectif de la PrEP et de réussir à convaincre le plus grand nombre, étant observé qu’il n’y pas de clause de conscience.

Toutefois, la capacité de l’accompagnement associatif sur la région est limitée aux forces vives en présence et ce ne doit pas être bloquant s’il y a une possibilité de dispensation PrEP (ex de la Manche)

Il convient de procéder auprès des CeGIDD et hôpitaux de prise en charge du VIH de la région à un état des lieux afin d’identifier les freins et besoins de ces structures et ainsi les leviers que nous pourrions alors mettre en place.

Cet état des lieux est en cours de réalisation.